Musique/Musica de violon populaire en Limousin/Auvergne

01 septembre 2014

Du journal "LA MONTAGNE" du 28/O8/14 : 

 

"René Tissandier, le dernier violoneux de l’Artense en exercice

 

1722649-1

À 89 ans, René Tissandier est le dernier musicien-violoneux de l’Artense. Ce territoire a pourtant été « l’un des foyers les plus intenses de cette forte tradition de violon populaire ». Et s’il a fait une incursion dans le musette, le Cantalien est toujours resté fidèle à ce folklore auvergnat. - photo lucie paulus
À 89 ans, René Tissandier est le dernier violoneux de l’Artense. Nostalgique de ces belles années musicales, il garde ses beaux souvenirs bien au chaud, là-haut dans sa ferme de La Coste.
Tourne le violon depuis soixante-dix ans «ah, si j'avais pu prendre des cours de musique, mais je serai une star… internationale », éclate de rire René Tissandier. Et pourtant, ce musicien est bel et bien une star. Un trésor du Cantal même. « On me présente comme le dernier violoneux de l'Artense, quand je joue avec la chorale Saint-Rémy. On m'applaudit mais je crois que c'est surtout pour mon âge », rit-il de plus belle. L'humour de ce musicien de 89 ans n'a pas pris une ride. Certes, les copains violoneux s'en sont tous allés au paradis des musiciens. Cela lui fait bien du mal à René. Mais les larmes, il les garde cachées tout au fond du c'ur. Dans sa petite ferme de La Coste, il cultive plutôt sa joie de vivre parmi les siens et ses animaux. Tout près du petit rocher où tout a commencé au début des années trente. À l'époque, il y avait un violon dans toutes les maisons de l'Artense. Chez les Tissandier, il y avait celui du grand-père. Un violon pas bien vaillant, mais suffisamment costaud pour supporter les premiers coups d'archet de René quand l'instrument a commencé à lui chatouiller les oreilles. « J'avais un professeur qui avait un violon dans la classe. Il nous apprenait à chanter et quand ça n'allait pas, il nous donnait un petit coup d'archet sur la tête. » Ce professeur lui apprendra à « accorder l'instrument ». « À l'oreille » Un jour, il prend la direction de Bort-les-Orgues où se donnent des cours de violon. « Quand je m'y suis présenté, le professeur âgé m'a dit qu'il venait d'arrêter. Je suis revenu bredouille avec mon violon sur le vélo. » Loin de se décourager, le jeune homme de 16 ans redouble ses efforts, le « soir après l'école », sur son petit rocher de La Coste. Tant et si bien qu'après quelques fausses notes allant s'écraser contre la pierre, il finit par jouer… Au clair de la lune. Aujourd'hui encore, le monsieur de 89 ans n'est pas peu fier d'avoir réussi cet exploit, seul. « J'ai appris le violon, rien qu'à l'oreille ! » Fasciné par l'ambiance qui se dégage, il se lance de l'autre côté de la piste et monte sur l'estrade, instrument en main, à l'âge de 19 ans. Durant deux ans, le violoneux anime les bals des hameaux autour de Champs-sur-Tarentaine. Et allez savoir pourquoi, il mettra le violon en sourdine quelques années, même s'il lui arrive, entre autres, de faire danser la noce avec un copain batteur. « Mais quand vous avez la musique dans la peau, ça ne vous passe pas comme ça ! », confie le musicien. « Je n'étais jamais fatigué. J'étais endiablé » Voilà qu'à 45 ans, le démon de la danse reprend son archet. Avec des copains, René Tissandier fonde alors Artense musette, groupe composé d'un violon, d'un accordéon chromatique, d'un diatonique et d'une cabrette. Il en est le chef d'orchestre. Le début d'une aventure musicale qui va durer vingt-cinq ans. « On allait partout. On jouait les samedis et les dimanches. Il y avait 150 à 200 couples qui dansaient. On attaquait à 15 heures et on terminait à 20 heures. À 14 h 30, il y avait déjà des danseurs qui étaient là. Bon, c'est vrai que certains arrivaient vers 18 heures, pour ne pas payer. À 20 heures, quand on terminait, ils disaient : "C'est tout ! Vous n'avez pas beaucoup joué les gars !" C'était toujours les mêmes clients… », se moque-t-il gentiment. En se remémorant ces belles années, le violoneux, qui avait la particularité de jouer debout, souffle de bonheur : « C'était un temps formidable, une belle époque. Je n'étais jamais fatigué. J'étais endiablé. Les gens étaient heureux, ça nous donnait des ailes. » Ces ailes, il continue de les déployer avec les Chanigots, notamment. Groupe portant le nom de « petites pommes des bois » et avec lequel il a, voilà deux ans, enregistré un disque de musiques traditionnelles, ses premières amours. Durant cet été, au fil des fêtes des villages de l'Artense, il a accompagné la chorale Saint-Rémy de Champs, dans laquelle chante l'une de ses filles. Les chanceux pourront d'ailleurs le croiser avec son violon, vendredi prochain à Madic."
Chemcha Rabhi

Ivon

Posté par Lemivon à 10:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]


30 août 2014

Vias/Violonaires 6 : Jean Chastagnol

 

DIAPORAMAS MUSICAUX DE VIAS-VIOLONAIRES

 

Jean Chastagnol "Violonaire d'a Chaumelh"

Jean Chastagnol (1899-1991)

Freysselines de Chaumeil (19)

 

Extraits de :

Veillées à Chaumeil (enregistrements 1955-1957, 2008)

couv

http://www.crmtl.fr/spip.php?article289

des violons en sabots

Screen shot 2014-08-28 at 19

http://www.dailymotion.com/video/x9sq54_des-violons-en-sabots-francis-lapey_music

Screen shot 2014-08-30 at 11

Patrimoine oral du Massif Central

http://patrimoine-oral.org/dyn/portal/index.seam?req=2&page=listalo&fonds=4&va_0=jean+Chastagnol

 

Ivon

Posté par Lemivon à 14:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 août 2014

"Violons de l'Automne" 11 & 12 octobre 2014

De 12 Violoneux :)

"Avis à la population violoneuse :

Tarii, taraa, les Violons de l'Automne 2014 sont annoncés pour le week-end des 11 & 12 octobre prochains, ta ta tan !
Notre traditionnelle rencontre de violoneux autour des répertoires du Massif Central se déroulera en effet cette année dans le Cantal, dans la petite commune du Rouget, en Châtaigneraie cantalienne, à mi-chemin entre Maurs et Aurillac, et si nous ne soufflerons pas les bougies de la 10ème édition, fêtée l'an passé à Entraygues-sur-Truyère, c'est bien les 10 ans de la première rencontre, en 2004, que nous arroserons (espérons que ce ne sera pas la météo qui s'en chargera...).

Cette édition 2014 est bien sûr organisée par 12 Violoneux, avec, cette année, le soutien de la joyeuse troupe des Violons du Mamou, de la commune et du Comité des Fêtes du Rouget.
Alors, prenez vos agendas, et inscrivez y d'ores et déjà ces deux jours, placés comme toujours sous le signe du plaisir de partager les belles musiques de violon que nous ont légués les anciens et ceux qui les ont collectés !

Et voici : le programme (extérieur - intérieur), les plans d'accès au Rouget (version jet liner - version vieux coucou)
et le bulletin d'inscription !"
 

Affiche A4 #3 petite jpg

 

"Même si cela ne rajeunit guère certains d'entre-nous, cela fait déjà dix ans , dix ans depuis que s'est tenue la première rencontre de violoneux à Almont-les-Junies (12) avec, à l'époque déjà, la participation d'une petite troupe de voisins Cantalous, par les effluves de l'estofinada aveyronnaise alléchés...

Le Cantal, justement : c'est en hommage à ces terres de Haute-Auvergne fécondes en musiciens traditionnels de tout poil, et notamment en violoneux de légende, que les Violons de l'Automne y fêteront leurs 10 ans d'existence. C'est en effet en Châtaigneraie Cantalienne, dans le village du Rouget que 12 Violoneux et leurs copains des Violons du Mamou vous proposent de les retrouver.

Les habitués connaissant désormais par coeur la règle, quasi sacerdotale, de notre rendez-vous annuel, les petits nouveaux, ouvrez vos yeux et vos oreilles : dans la grande marmite des Violons de l'Automne, il est d'usage que chacun, quel que soit son niveau musical, verse à son tour ses ingrédients sous forme d'airs proposés que tous vont ensuite joyeusement touiller de leurs archets. Ainsi s'exprimera, via cet élan commun, toute la saveur d'antiques et traditionnelles recettes musicales transmises oralement de génération en génération au plus profond des Monédières, de l'Aubrac, du Velay, de l'Artense, des Combrailles, du Quercy ou d'autres territoires du Massif Central. On fermera bien sûr les yeux sur les pincées de rigodon ou de rondeau que certains intégreront subrepticement, heureux que nous sommes que le violon traditionnel ait su s'enraciner et prospérer dans d'autres régions de notre belle Occitanie. Si la transcription des recettes sous forme de partitions n'est pas encouragée, elle n'est pas interdite pour autant... l'important est en revanche de pouvoir donner si possible l'origine des airs joués (auprès de qui et par qui ils ont été recueillis, dans quelle aire géographique, s'il y a des paroles...).

Et puisqu'on parle de recettes, il n'y aura évidemment pas que celles évoquées ci-dessus, les nourritures terrestres (apéro, repas cantalou) étant comme chaque année un élément indispensable à la réussite d'une édition des Violons de l'Automne digne de ce nom.

Enfin, plusieurs animations prévues tout au long du week-end, dont l'indispensable bal du samedi soir, viendront apporter une dimension complémentaire mais essentielle à la rencontre, souvent la plus riche en émotions, celle du partage avec le public de notre passion commune pour les musiques traditionnelles de violon.

Alors, aux 11 et 12 octobre dans le Cantal ! On compte sur vous !

Bien amicalement, 12 Violoneux et les Violons du Mamou"

 http://www.12violoneux.blogspot.fr/

Ivon

Posté par Lemivon à 18:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 août 2014

Dordonha 1 mai Dordonha 2 son dins un bateu :)

 

Bon alors, on refait notre SUPER spectacle pas cher plein de musique et de poésie à Affieux (et pas sale et méchant "tot parier" les vieux cinéphile comprendront) en Corrèze juste à côté de Treignac (cf carte plus bas).

En Monédières (en occitan : LA Monediera )

La Monediera "saluda" l'Artensa en musica ;)

Ici on a plein de violonaires (et même des Cabretaire(a)s et des Cromaticaires)

Article Le Reveil Mediatheque St Martin 18 juillet 2014"Le Réveil cantalien"

P8160136

 

Prenez-en de la graine

En plus, on chante tous les trois, et

Claudine joue du clapeton.

Ben,moi je suis le "fiddel de l'étape"

avec aussi ma guitare.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bon c'est "a gratis".

donc, facile de faire un tour pour la digestion.

(on ne sera pas jeté sur la voie publique… j'espère ;) 

 

P8160130

P8160144

 

Here, the map !

on peut même venir en parapente du Suc au May   

(euh, le vent, quoi le vent…?)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Lo darrier dimecres" a la Brasserie.

Il ya un certain temps (un temps certain même), j'avais accompagné la Cabretaire avec le clapetou devant les "drollissons" de l'école.

(et j'avais des progrès à faire, niveau cadence ;)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous pouvez m'écouter au violon et à la guitare la-dessous (c'est du live)

 

https://dl.dropboxusercontent.com/u/91340114/Dordonha%201%20Musica%20Ivon.MP3

 

Comme on dit :

"Venez nombreux"

mais si venez tout seul, c'est possible aussi… 

 Ivon

 

Posté par Lemivon à 22:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 août 2014

Repertòri Ivon 4 : Escotar los Violonaires

 

 Per dançar las Borréias :)

67123911_p

 

Avec :
Michel Tournadre de Lanobre (15)

 

Gaston Cessac de Vertougie de Voutezac (19)

 

GCessacNet

 

527-Fi-1118 copyHenri Tournadre de Champs sur Tarentaine (15)

 

https://dl.dropboxusercontent.com/u/91340114/Borr%C3%A9ias%205.MP3

 

Fernand Pauliac copyFernand Pauliac de Meyssac (19)

7487__thumbnail copyLéon Mazières de Blesle (43)

 

Ivon

Posté par Lemivon à 23:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]



02 août 2014

Les musiques du Massif Central : Héritage et Création

 

Un bouquin très "plasent" 

Évidemment, j'ai commencé par les septantes pages sur le violon :)

P8020138

"very nice, per mon arma…"

la suite (cornemuses, vielles, chants, langues, danses -Borréias -…)

a l'air bien chouette aussi :)

 De l'Amta :

"Dans le cadre du projet « Langues, danses & musiques traditionnelles en Massif Central » porté par  l’Agence des Musiques des Territoires d’Auvergne (AMTA), Cultures et Traditions (ANCT), la Maison du Patrimoine Oral en Bourgogne (MPO), le Centre Régional des Musiques Traditionnelles en Limousin (CRMTL), les Scènes Croisées de Lozère, l’Institut d’Estudis Occitans dau Lemosin (IEO), et le Centre InteRegional de Desvelopament de l’Occitan (CIRDOC) une réalisation  magistrale (+ de 500 pages !) vient de voir le jour : Les musiques du Massif Central : Héritage et invention.

lesmusiquesdumassifcentral

 

"Après des décennies de travail assidu sur les terrains du Massif Central, espace immense et polymorphe, un groupe de chercheurs-musiciens-passeurs s’est attaché à publier ce livre. Un « ouvrage somme», en quelque sorte, dont l’objectif est de proposer une synthèse des connaissances et des hypothèses sur les musiques traditionnelles de ce territoire. Sont inclus dans cet ouvrage collectif non seulement la musique, mais aussi la danse, le chant et la langue.
La volonté des initiateurs du projet, du directeur éditorial, des auteurs ou contributeurs, est de proposer aux lecteurs des analyses et des témoignages donnant à comprendre les raisons qui animèrent durant plus de quarante ans les collecteurs des années 70. Pourquoi privilégier cette période particulière, s’interrogera-t-on ? Parce que les années 1970-1980 furent un moment charnière entre les générations des anciens musiciens jouant de routine, détenteurs des savoirs de leurs prédécesseurs, et la génération des jeunes collecteurs issus de la ville, de l’université, du mouvement folk ou occitan. Les pages de ce livre abordent cette période essentielle, mais s’efforcent aussi d’en proposer les ancrages historiques, dans les siècles précédents, et d’en observer les continuités contemporaines, par des témoignages et des point de vue diversifiés.
Sachant que l’exhaustivité et la réalité de cette aventure humaine ne sont pas traduisibles dans leur ensemble, nous tenterons de nous rapprocher de ce qui fut plus une quête qu’une recherche scientifique.
Cet ouvrage est présenté avec une mise en page et une iconographie très riches afin d’en faciliter la lecture et la compréhension. Alternent photos anciennes, documentaires, et points de vue journalistiques, regards contemporains, le récit littéraire se doublant d’un récit par l’image. Face à l’ampleur de cette entreprise, le comité de pilotage composé de Caroline Darroux, Olivier Durif et Jean-François Vignaud, et coordonné par André Ricros, a pris la résolution de confier la direction éditoriale, l’ensemble des enquêtes et nombres d’articles thématiques à Eric Montbel, qui accompagne ce projet depuis son début. Il lui à été confiée la tâche de réunir et de choisir l’iconographie, et de réaliser en collaboration avec Laurence Charrier le développement visuel de ce livre, ainsi que sa mise-en-page."


Éditions CRÉER

Ivon

Ps : dessus la cuberta, pas de violon (la musica la mai usada dins la Montanha tot parier… e oc ! ;)

 
 

Posté par Lemivon à 22:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 juillet 2014

Violons de l'Automne 2014

 

De 12 Violoneux :)

 

2 jours à réserver absolument !

"Avis à la population violoneuse :

Tarii, taraa, les Violons de l'Automne 2014 sont annoncés pour le week-end des 11 & 12 octobre prochains, ta ta tan !

Notre traditionnelle rencontre de violoneux autour des répertoires du Massif Central se déroulera en effet cette année dans le Cantal, dans la petite commune du Rouget (15), en Châtaigneraie cantalienne, à mi-chemin entre Maurs et Aurillac, et si nous ne soufflerons pas les bougies de la 10 ème édition, fêtée l'an passé à Entraygues-sur-Truyère (12), c'est bien les 10 ans de la première rencontre, en 2004, que nous arroserons (espérons que ce ne sera pas la météo qui s'en chargera...).


Cette édition 2014 est bien sûr organisée par 12 Violoneux, avec, cette année, le soutien de la joyeuse troupe des Violons du Mamou, de la commune et du Comité des Fêtes du Rouget.
Alors, prenez vos agendas, et inscrivez y d'ores et déjà ces deux jours, placés comme toujours sous le signe du plaisir de partager les belles musiques de violon que nous ont légués les anciens et ceux qui les ont collectés !"
12 Violoneux

http://12violoneux.blogspot.fr/  

030_001

 

Les "Enfants de Tulle" font la noce ;)

lo violonaire (?)

 Ivon

Posté par Lemivon à 19:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 juillet 2014

Una brava serada cantalosa

 

Rendez-vous le vendredi 22 août à Affieux (19)

en Monédière :)

spectacle claudine hébrard 007

Mise en voix La Montagne Mediatheque St Martin Valmeroux 18 juillet 2014

Ivon

 

Posté par Lemivon à 09:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 juillet 2014

Un Dimenche de Festa a Chaunac (19)

M'an damandat de presentar lo dimenche de Festa a Chaunac de Naves (19) rasis Tula ;)

Un dimanche de fete a Chaunac- la mission Brunot

Escotatz aquí  un brave chantaire, Pierre Bouillaguet (19 ans), lo sartre (tailleur) de Laujour d'Allassac (19) 

 

https://dl.dropboxusercontent.com/u/91340114/Pierre%20Bouillaguet%20Laujour%20Allassac%20(19).MP3

 

Un dimanche de fête à Chaunac (19) : inauguration du livre-CD « La mission Brunot - Août 1913- Fin d’un bel été en Corrèze »

Dimanche 27 juillet 2014 

Chaunac, hameau de Naves (19)

 

- à partir de 15h30 - chez Raedecker 
Dans le cadre de la parution de la publication du livre-CD 
"La mission Brunot - août 1913 - Fin d’un bel été en Corrèze" réalisé par Les Archives départementales de la Corrèze et le Centre Régional des Musiques Traditionnelles en Limousin.

Cette publication et ce CD audio sont l’occasion pour tous de découvrir la vie en Corrèze au début du XXe siècle, grâce à des textes en occitan limousin accompagnés de leur traduction, et illustrés par des clichés de la même époque, pour beaucoup inédits.

  • 15h30 : Des fées dans la campagne (ballade musicale dans les bois)
  • 17h30 : Concert dans la chapelle avec Le Bal à la voix & La chorale de la Manu
  • 19h : Apéritif - Présentation du livre-cd
  • 20h : Repas, salé ou sucré, apportez ce que vous voudrez partager
  • 21h : Concert - Bal (violon cornemuse cabrette accordéon...)
  • 22h : Mise en image du vieux Chaunac (projection vidéo)

Entrée libre. Prévenez-nous de votre visite. 
CRMTL 05 55 27 93 48 crmtl@crmtl.fr 
Raedecker 06 76 05 40 95 marnix@marnix.fr

Plan d’accès

Ivon

Posté par Lemivon à 00:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 juillet 2014

La Melodia de la setmana

Sur le site de l'AMTA :

 

http://lafeuilleamta.fr/category/centre-de-ressources/la-melodie-de-la-semaine/

 


Des réflexions intéressantes d'Eric Desgrugillers dans 

 "La mélodie de la semaine"

(violon, chants, accordéon, cabrette… :)

 

Mazurka glissée

Cette Mazurka est interprétée par Léon Mazières, violoneux de Terret (Blesle, 43), enregistré par Emmanuel Lazinier, Catherine Perrier et John Wright à la fin des années 1970.

"Léon Mazières était un violoneux très prolixe, et particulièrement attaché à la cadence et à l’efficacité de ses morceaux. Il avait deux particularités, l’une véritable et l’autre légendaire. La véritable, c’est nous qui l’affirmons : pour chacun de ses morceaux, ou presque, Léon Mazières avait des paroles et connaissait une version chantée, parfois très différente de l’instrumentale. La légendaire, c’est le violoneux lui-même qui l’évoque : il aurait fait danser un chien !

En effet, la cadence est particulièrement soutenue dans l’interprétation de cette mazurka. La partition nous donne quelques indications intéressantes :

0014 (3) mazurka glissee mazieres

L’alternance de notes accentuées piquées et de notes liées entretient considérablement la cadence. Le musicien varie la qualité de ces articulations en liant, piquant, accentuant plus ou moins.

Un phénomène particulier à la mazurka apparaît ici de façon régulière : à l’écoute, le premier temps semble accentué : UN deux trois, etc… Mais tous les ornements, ainsi que certains accents, sont mis sur le deuxième temps : un DEUX trois. Tout se passe comme si on avait deux formes d’accentuation différentes : une accentuation régulière jouant le rôle de moteur rythmique avec des appuis sur le premier temps, variés de temps en temps en ce qui concerne leur qualité, et une accentuation « accidentelle » ou plutôt occasionnelle sur le second temps, avec des ornements et des accents plus marqués que les précédents.

Mais ce n’est pas tout : la première partie (A) est jouée de façon ternaire, c’est à dire avec une division du temps en trois, alors que la seconde (B) est jouée binaire, avec une division du temps en deux. Mais le passage de l’un à l’autre se fait très naturellement, sans contraste, sans le dire.

Léon Mazières jouant à une noce (coll. Eric Roux)

Léon Mazières jouant à une noce (coll. Eric Roux)

Léon Mazières met en jeu d’autres éléments qui complètent tout ce qui est évoqué précédemment : il joue dans l’aigu, ce qui donne de la force à ce morceau et l’oblige à démancher. Les glissés, particulièrement marqués, rajoutent de la souplesse parmi les découpes rythmiques de l’archet. Il joue sur les deux cordes aigues du violon, (mi et la). Lorsque le « mi » est joué à vide, il en profite pour faire sonner en même temps la corde à vide de « la ». Ce jeu en double-cordes a un rôle rythmique et sonore important, ajoutant à la fois de l’épaisseur et de la relance.

Enfin, le tempérament est particulier : la quarte (ici, « sol ») est haute, et semble gagner en hauteur au fur et à mesure du morceau, en tirant vers le sol#. Combinez tout ça et vous jouerez à la façon de Léon Mazières… Mais comment fait-on quand on a pas de violon ? La même chose ! Les éléments musicaux restent les mêmes d’un instruments à l’autre, c’est (presque) juste la technique qui change.

Une dernière chose : ce morceau, il ne le chantait pas, c’est du pur instrumental (à moins que vous ayez l’idée d’y mettre quelques paroles).

En espérant que cette belle mazurka glisse aussi sous vos doigts !"

Eric Desgrugillers

 Ivon

Posté par Lemivon à 20:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]



Fin »