Le Violonaire Antonin Pécoil de Rentières (63)

 (Je reprends le compte rendu de la sortie du CD sur le blog en 2010 :)

Un CD très chouette et  utiles, avec une présentation complète de B. Brémaud. :super: 

pour le commander :

http://www.aepem.com/produit/violons-du-cezallier/


Image


Photo : CD MAIL 

Livret : 24 pages très complet
(Michel Esbelin, Basile Brémaud, Jean Claude Rocher)
Label : AEPEM - Distrib. aepemasso@gmail.com
Durée : 41'08"



"C’est certain : je devrais plus souvent mettre des “Bravos !!!” aux enregistrements de collectage. Je me limitais au “recommandé” pour signifier qu’un public plus “spécialisé” était peut-être plutôt visé par de telles entreprises de références. Mais là, tout m’y incite. D’abord, le côté miraculeux de la trouvaille : des disques privés gravés en 1946 dans le Cézallier, dans une cour, par Jean Martin, technicien et voisin, avec deux violoneux prestigieux de la Région. Ensuite, la qualité inouïe (c’est le mot !) des enregistrements, c’est miraculeux de présence. Enfin la richesse ethnomusicologique, et là ce n’est pas peu dire. On trouve ici deux instrumentistes qui sont proches au point de jouer un certain nombre d’airs de danse ensemble. Confirmation du contre-chant qui semble quasi universel : ils jouent à l’octave (un peu partout en France, quand on trouve des témoignages sur le jeu à deux, on rencontre ce choix). Mais ce n’est pas tout : ces voisins qui se connaissent et se reconnaissent ont des jeux, des techniques très différents. Cela aussi est quasi général : les instrumentistes sont uniques mais se reconnaissent mutuellement. Alexandre Savignat a une manière “à la Perrier”, souvent très liée et toujours lyrique, avec un vibrato chaleureux. Antonin Pécoil, lui, est dans l’élan de la danse, le plus souvent staccato, avec un usage presque constant des bourdons. On entend parfois les échanges parlés, peut-être un peu convenus mais très vivants. Merci de les avoir préservés. Ce CD est donc un miracle : répertoire, façons d’attaquer (lié ou staccato), matières des notes, bourdons. J’en suis encore retourné…

Claude Ribouillault »


J'ajouterais :`
Des violoneux dans une culture encore vivante et active et des violonaires encore jeunes avec du punch :fouet: . Une musique presque en situation. :) 

Ivon