Bal-grange03-copieo

 

        Je joue, à la suite, 40 bourrées chantées de collectage (le premier couplet) plus 10 instrumentales ; une fois en instrumental une fois chantée avec accompagnement au violon.

Une demie-heure de bourrées à danser sans interruption pour les vaillants danseurs :)

 

 1) Ai ! lemosin ten-te fier au país

Ai ! lemosin fai petar lo chamin

 

Segur totjorn la dançarem d'aiçiá lo matin la brava borréia

Segur totjorn la dançarem d'aiçiá lo matin en Lemosin

 

ChifonnieVynil "La Chifonnie" - IvonDSC_5221

 

      2) Perqué veniatz velhar los lordaus de la montanha

Perqué veniatz velhar quand ne'n voliatz pas dançar

 

Ne'n chauliá pas venir los lordaus de la montanha

Ne'n chauliá pas venir quand ne'n voliatz mas durmir

 

Joseph Perrier (CD "Violons de l'Artense-Delaunaie")

 

PERRIER Joseph527-Fi-1134-150x150

Champs sur Tarentaine (Cantal) 1911-2002

De Joseph Perrier, encore en activité en 1993, on peut dire qu'il est probablement l'héritier direct de cette grande lignée d'instrumentistes qui conduit par apprentissages successifs jusqu 'au célébre FOUCAULT de Riom (qu'il n'a pas connu). Ayant appris à jouer vers l'âge de douze ans, pour partie d'un pére (son oncle, charron, jouait également) qui jouait déjà. On peut dire qu'il s'affirmera avec "l'enseignement" de Joseph RIVET, menuisier chez qui il s'embauchera et violoneux avec lequel il jouera régulièrement. En captivité en Allemagne pendant cinq ans, il rentre à Champs ou il recommence à jouer, mais la mode du violon est passée...Redevenu cultivateur, il joue de-ci de-là quelques noces ou bals mais son activité ne reprendra réellement qu'à la fin des années soixante avec l'orchestre "Systéme Branque" monté par le curé de la commune. Au milieu des années soixante-dix l'enregistrement du disque "Violoneux et chanteurs Traditionnels en Auvergne" auquel il prend une part prépondérante le remettra en activité pour une bonne décennie. Son voyage aux Etats Unis avec d'autres musiciens de France ou il représente la musique de violon auvergnate sera sans doute le point culminant de sa renommée de violoneux. Il est aujourd'hui l'ultime témoin vivant d'une tradition de violon populaire, virtuose et enracinée sur une tradition locale.

 

      3) Dançan tant bian los de delai l'aiga

 

Martial Ceppe ("CD CHANTEURS ET MUSICIENS EN LIMOUSIN")

CEPPE Martial

Monestier Port-Dieu (Corrèze) 1901-1992526-Fi-4811-150x150

Musicien amateur comme il s'est toujours lui-même défini, il n'a jamais eu d'activité publique, jouant dans sa maison isolée de Fontaverny pour son seul plaisir. Doté d'une mémoire extraordinaire, il s'est souvenu de la plupart des violoneux du pays depuis le début du siécle et parfois des airs qu'ils jouaient. A participé, suite à la réparation de son violon en 1979, à la plupart des "Fêtes du Violon" tant en Auvergne qu'en Limousin. Ses dernières prestations seront pour le club du 3e Age de Monestier-Port-Dieu. Un film vidéo lui a été consacré.

 

 

       4) Ma maire quand vos m'auretz perdut

Anetz pas me cerchar a las bargieras

 

Ieu serai a la balada bian lonh

Jugar un aer de mon violon

 

Léon Peyrat (DVD "Des violons en sabots") 

images-2PEYRAT Léon

St Salvadour (Corrèze) 1905-1988

Avec son frére Baptiste il apprend vers l'âge de dix ans à jouer du violon, ils seront tous deux "les " violoneux du pays. Léon est un personnage à part dans la tradition de violon corrèzien : sans doute plus musicien qu'instrumentiste, il est avant tout un créateur qui ne se reconnait guère d'initiateur, même si on peut penser qu'il a entendu, tout jeune, le célébre Pioulou de St Salvadour et beaucoup d'autres musiciens locaux. D'une famille ou son pére est un chanteur avec un trés grand répertoire de chansons traditionnelles, Léon est doté d'une mémoire hors du commun qui capte tout ce qu'il entend. S'étant marié tardivement vers quarante ans, il con tinuera à pratiquer noces et bals sur le pays jusqu'à l'orée de la seconde guerre mondiale. Agriculteur ayant charge de famille, le violon ne sera plus pour lui qu'un divertissement, même si le chant et les chansons continuent à l'accompagner quotidiennement. La proximité du chansonnier local Antoine Paucard facilitera son rapport à la "création" musicale et c'est vers la fin des années soixante dix qu'il sera à nouveau sollicité et participera à l'enregistrement du disque "Violoneux Corrèziens". C'est pour lui le début d'une nouvelle carrière qui mettra à contribution ses talents d'instrumentiste et de compositeur d'airs et de chansons. Ayant participé aux nombreuses fêtes du Violon en Corrèze, Les Rencontres de Violon Populaire orga- nisées à St Salvadour, son village, seront le point d'orgue de la renommée d'un musicien et violoneux hors normes.

 

      5) Ma maire n'aviá mas 'na dent

Que damenava quand fasiá vent

 

Mon paire se'n aperceguet

Amb un 'talaire lai li desraijet

 

            Léon Peyrat (CD "Léon Peyrat")

 

 

      6) L'autre jorn ieu me maridave

Lo fotut còp que faguei ieu

 

Prenguei un omisson tot petiton tot petiòt qu'era

Prenguei un omisson tot petiton

 

Saint Augustin (Recueil Lemouzi - Delaunay)

 

      7) N'as ben tant dançar n'as ben tant fach la fiera

N'as ben tant dançat lo cordon a petat

 

Lo cordon n'i a petat la borsa s'es desliada

N'aviá mas dos sòus los a tombat au soù

 

Gaston Pouget (CD "VIOLONEUX CORREZIENS")

POUGET Gaston

St Paul (Corrèze) Né en 191067099772_p

Excellent violoneux de la période contemporaine. Son pére violoneux également n'avait pu lui apprendre l'instrument, s'étant coupé la main; c'est son oncle qui lui donne les premières leçons. Animant les bals et les veillées localement, parfois avec l'accordéonniste Salesse, il joue jusqu'en 1945. Il se remet à jouer lors de la réalisation du disque "Violoneux Corrèziens" et participe aux nombreuses fêtes du Violon en Corrèze.

 

       8) Peira labora dins lo champ d'a Bras pitiòta

Peira labora dins lo champ d'a Bras

 

Tres domaiselas lo tenon pels braç pitiòta

Tres domaiselas lo tenon pels braç

 

              Elie Chamberet(CD"VIOLONEUX CORREZIENS")

CHAMBERET Elie

Orliac de Bar (Corrèze) 1906-1981

          Forgeron de son état à l'entrée du hameau de Neuvialle, il apprend à jouer vers l'age de quinze ans sur l'instrument destiné primitivement à son frère. Il joue quelques bals et noces et pour les sorties de messe jusqu'en 1929/30, puis l'instrument ne sera plus joué que pour quelques occasions familiales. C'est vers la fin des années 1970, dans le renouveau de l'interet pour la musique de violon qu'il reprendra le violon. A participé au disque "Violoneux Corréziens" et à la première fête du Violon à St Augustin en Corrèze.

 

 

      9) Las dròllas d'a Brela-Brelon

 

François Roussel ("CD CHANTEURS ET MUSICIENS EN LIMOUSIN")

526-Fi-4871-150x150ROUSSEL François

Sarroux (Corrèze) 1906-1984 Le plus célébre violoneux de la famille, ses deux fréres Martin (le plus âgé) et Felix jouant égale- ment.Ayant appris en fabriquant lui-même un violon ,découpé dans une planche sur laquelle il a tendu des fils, et un archet fait d'une branche de noisetier et de crins de la queue de son ane Came- lot..!François joue immédiate- ment "Lo Pinchou" et la bourrée "Para lo lop". Plus tard il animera beaucoup de bals et de noces dans la région. Marchand de toile et guérisseur, sa forte personnalité et son hu- mour autant que son coup d'archet forgent sa réputation de violoneux. Il prend des cours chez BOUSSIGE d'Ussel et monte plusieurs fois à Lanobre dans le Cantal rencontrer Fenou. S'étant marié il abandonne le "métier" et ne reprendra le violon qu'en 1979. Il participe alors aux nombreuses fêtes du violon et de la cabrette auxquelles il est invité. Un film vidéo a été réalisé sur sa musique en 1981.

 

     10) Son pas d'aicí la dera dera delà

Son pas  d'aicí la dera delà

 

Son de vers Condat lade ladera dera de là

Son de vers Condat lade ladera là

 

Joseph Perrier (CD "Violons de l'Artense-Delaunay")

 

    11) Vai vai vai moralhada

Vai vai vai te lavar

 

Quand tornaras moralhada

Quand tornaras dançaras

Antonin Chabrier ("Vinyl "antonin chabrier violonaire d'auvernha-nauta)

CHABRIER Antoninimages-5

Auzers-Riom-ès-Montagnes (Cantal) 1894-1979

Avec pour seuls maitres reconnus de lui, Amédée RONGIER d'Au zers et Jean CHABAUD de Moussages mais ayant appris tout seul à jouer le violon, Antonin Chabrier a été pendant toute sa période de pratique active un violoneux parmi d'autres de la région de Riom-ès-Montagnes. C'est vers la fin de sa vie, ayant continué solitairement la pratique d'une musique localement tombée en désuétude, que la découverte inopinée de sa musique originale au début des années 1970, stimulera toute la recherche autour du violon populaire en Massif Central. Il est à ce jour le seul violo- neux régional auquel un disque solo ait été consacré (réalisé par Pierre Boissière qui a effectué toute une recherche sur lui). La stylistique de son jeu de violon "joué avec les doigts" est sans doute l'archétype d'une pratique répandue sur la montagne auvergnate au début du siécle.

 

     12) La Glaudiá fai lo torn dau vin

 Amb un pè d'aucha un pè de chabrit

 

  La Glaudia  troba bon lo vin

  La micha chauda e lo lach bulhit

 

André Gatignol

 

527-Fi-1284-150x150GATIGNOL André

St Genes Champespe (Puy de Dôme) 1919-1995

Ayant appris et joué initialement pour son plaisir, et pendant la guerre pour quelques bals clandestins, c'est avec la sortie du disque "Violoneux et Chanteurs Traditionnels en Auvergne"que sa carrière publique commence réellement. En compagnie d'Eric Cousteix notamment et de Jean Marie Chassagne il anime bals et veillées sur le pays, et passe régulièrement "les Réveillez" en compagnie de nombreux chanteurs venus d'ici ou là...

 

    13) La planeta

 André Gatignol (CD "Violons de l'Artense-Delaunay")

 

     14) Ò calha genta calha ont as ton niu

 

Aval dins la pradela lo long dau riu

 

Julien Chastagnol (CD"VIOLONEUX CORREZIENS")

CHASTAGNOL Julien

Chaumeil (Corrèze) 1906-1978

Frére cadet de Jean, violoneux de la même école,  Julien a été pour le Limousin, comme Antonin Chabrier en Auvergne, le violoneux qui a déclenché un nouvel intéret pour les musiques de violon en Massif Central au débutdes années 1970.La technique particulière de son jeu, inspiré du style de Léonard Lachaud et magnifié par une expréssion trés originale ont fait de Julien Chastagnol aujourd'hui, l'archétype de la musique de violon des Monédiéres. Enregistré sur deux disques (Musique traditionnelles des Pays de France, vol. I- Le Chant du Monde 1976 et Violoneux Corréziens, Musiciens Routiniers 1979).

 

 

   15) Bourrée du Comice agricoleimages-1

Jean Chastagnol

CHASTAGNOL Jean dit Lo Sochier Chaumeil (Corrèze) 1899-1991

Sabotier, coiffeur et violoneux, Jean Chastagnol a appris tout jeune à jouer du violon. Né dans le village de Freysselines de Chaumeil, il a vu jouer un valet de ferme, un certain Pouget du Viétheil de Grandsaigne, ou il réside alors. Musicien de noce et de bals, il a développé le style si particulier des violoneux de la région de Chaumeil ayant appris avec Léonard Lachaud de La Vedrenne, leur maitre. La proximité de Jean Ségurel, violoneux de l'école chaumeilloise devenu, le "pape" de l'accordéon en Limousin, lui a permis d'exercer ses talents de musicien sans discontinuer jusqu'à la fin de sa vie, invité par Ségurel à témoigner ici ou là de la vivacité de la musique locale de violon. A participé aux nombreuses fêtes du violon des années 1980 en Corrèze.

Un film réalisé par J.D. Lajoux lui a été consacré (et un DVD).

 

 

   16) Tres menetas que s'assemblavan

Recitavan lo chapelet

 

Lor venguet un còp la pensada

De ne'n beure un bon grelonet

 

(Collectage Célor-Delaunay)

 

    17) S'i a mas lo faure qu'aman lo vin petiòta

S'i a mas lo faure qu'aman lo vin

 

Ieu sei pas faure ieu sei pas faure ieu sei pas faure mas l'ame bin

Tot lo monde es faure tot lo monde es faure quauque bocin

 

Jean Lamour (CD"VIOLONEUX CORREZIENS")


67099772_pLAMOUR Jean

Pandrigne

s (Corrèze) Né en 1921

Joue dés son plus jeune âge et commence les bals vers l'age de neuf ans, acompagné d'une vieille dame de la maison. Anime les bals jusqu'en 1940 dans la région, sa réputation de bonne humeur autant que la vivacité de son coup d'archet lui assurant un grand succés. En 1963, il reprend le violon pour une série d'emissions à Radio- Limoges en compagnie du vielleux tulliste M. Perrichon. Il participe au disque "Violoneux Corrèziens" et aux nombreuses fêtes du violon qui suivirent. Continue alors les animations et les bals autour de Pandrignes et de la région de Tulle.

 

 

   18) Çai son venguts los garçons d'a Neuviala

Çai l'an menat lo vaslet d'a Fauriá

 

Çai l'an menat aqueu tan gente masle

Çai l'an menat lo mielh coifat d'Orlhac

 

              Elie Chamberet (CD"VIOLONEUX CORREZIENS")

 

    19) Son davalats los garçons de la montanha

Son davalats quand avian tot achabat

 

Regretan ben lo pais mas pas lo mestre

Regretarian una amiá se l'avian

 

Jean Marie Tournadre (Cassette Cantal)

TOURNADRE Jean Marie

Champs sur Tarentaine (Cantal) 1889- 1982.

Originaire du hameau de Sarran, il a joué à partir de l'age de 11 ans. A quinze ans il jouait son premier bal à Trémouille. C'est le début d'une trés longue carrière de violoneux? Des bals il en fait "des semaines entières" et des bourrées il en connait "de toutes les races"...Sa musique ,sans être d'une grande virtuosité apparente, est extrémement rythmique et enlevée. Il jouera jusqu'à ses der niers jours. A participé à l'enregistrement du disque "Chanteurs et Musiciens de Haute Auvergne".

 

 

    20) Bourrée de Fenou

Henri Tournadre (CD "Violons de l'Artense-Delaunay")

TOURNADRE Henri dit l'Henri tsa Fantou

 Champs sur Tarentaine (Cantal) né en 1906

Du village de Marchal, son pére était déjà violoneux et les quatre enfants (dont lui) le sont devenus.Il commence à jouer à l'age de neuf ans, et fait son premier bal à seize ans.Jusqu'à l'age de vingt cinq ans il anime bals et noces sur le pays. Malheureusement il se coupe des doigts de la main ce qui l'oblige à s'arréter de jouer. Il continuera à chanter, avec la technique des chanteurs locaux de bourrées, la plupart des airs de violon du pays et à se souvenir, grace à une mémoire remarquable, du jeu des musiciens qui l'ont marqué: Fenou de La- nobre, Louis JUILLARD du Mas et son oncle Michel TOURNADRE de Lanobre. Il est reste aujourd'hui le meilleur connaisseur de la musique et des styles de violon de l'Artense.

 

GATIGNOL dit Fenou

Lanobre (Cantal) 1853-1937

"Per ju bian gui, chau bian commenca, ma per ju bian gui, en France n'ia pas que per le virar com'aquo, écoutatz un po..!". Telle était la devise de ce violoneux du Fraisse de Lanobre. Sa réputation exceptionnelle traversait la Dordogne, et nombre de musiciens limousins se déplaçaient pour l'entendre et apprendre ses airs. Scieur de son métier , il passait pour un bon vivant et la maison du Fraisse résonnait régulièrement à la veillée,  des essais des apprentis-violoneux venus apprendre les airs du père Fenou.

 

 

    21) N'ai tres aulanas dins ma pòcha

Quand vau velhar las fau trincar

 

Trincatz trincatz mas aulanetas

Tres coma vos las auriatz pas

Ma mair maridatz-me ieu

Sei l'ainada sei l'ainada

Ma mair maridatz-me ieu

Sei l'ainada de chas ieu


Léon Peyrat (Cahier de chansons-Delaunay)

 

       22) Ont anirem gardar pitiòta drolleta

              Ont anirem gardar deman lo matin

 

              Aval aval aval a la ribeiròta

              Dins lo pradelon que l'i fai tan bon

 

           Antonin Chabrier (CD "Auvergne et Limousin")images-1

 

   23) Ont menarem diumenche pichona

             Ont menarem diumenche lo matin

 

             Gardarai pas farai la cosina

             Venetz chas nos la farem tots dos

 

Gaston Pouget (CD"VIOLONEUX CORREZIENS")

 

    24) Sus lo pont d'a Vimbela l'i fai tan bon gardar

 

Las navarelas l'i venon los d'en Bar l'i son anats

 

(Recueil Lemouzi-Delaunay)

 

    25) Aval a la robiera los canards lai son los canards lai son

            Lai son que lai se banhan mai los canetons

 

            Jean Lamour (CD"VIOLONEUX CORREZIENS")

 

    26) Quo es Magados que lo diable es ta chabreta

Mai ton bordon ruinas tots los maçons

 

N'i aura mai d'un per minjar sa campanha

Per se'n tornar las rodas cairadas

 06-12-08-violoneux-8710-644x430

 
François Malthieux (CD"VIOLONEUX CORREZIENS")

MALTHIEUX Nicolas François dit Lilou

Tarnac (Corrèze) 1905-1988

Trés célébre violoneux de la Montagne limousine du hameau de Lacombe à Tarnac. Avait appris trés jeune avec Pierre BOUSSIGE à Ussel, puis en écoutant les violoneux locaux (NEIGE,NARD,CANCALON,etc... ). A fait les bals jusqu'au début des années trente. Menuisier, agriculteur et entrepreneur de batteuse, c'est surtout la forte personnalité de l'homme, danseur de bourrées et conteur d'un humour et d'une bonhomie jamais dementie, qui marquera le parcours du musicien. En 1974, il se remettra à jouer aux alentours de Tarnac et figurera dans le disque "Violoneux Corréziens". A participé à la plupart des fêtes du violon organisées ces années là.

 

    27) Delai lo ribatel i a 'na lebre i a 'na lebre

Delai lo ribatel i a 'na lebre que li duerm

 

Anatz la revelhar que setz un bon chaçaire

Anatz la revelhar la mancariatz pas

 

           Léon Peyrat (Cahier de chansons-Delaunay)

 

    28) Quau te mena bela quau te mena

 

Quò es los garçons que me menan me permenan

Quò los garçons que me menan pels buissons

 

            Jean Lamour (CD"VIOLONEUX CORREZIENS")

 

   29) Ma maire si sabiatz d'onte vene d'onte vene

Ma maire si sabiatz d'onte vene d'onte vene me batriatz

 

Ieu vene de ben lonh de jugar de ma musica

Ieu vene de ben lonh de jugar dau violon

 

Henri Lachaud (CD"VIOLONEUX CORREZIENS")

LACHAUD Henri

Chaumeil-Seilhac (Corrèze) 1905-1982

Fils de Léonard, il apprend avec son père les premiers rudiments du "métier". Etant jeune, il méne quelques noces et bals sur le pays. Monté à Paris, il ne joue plus alors que pour son entourage, mais continue à s'entretenir, à jouer: il garde de son pére la cadence, le doigté, la façon si caractéristique de "tourner" les airs des violoneux de la région de Chaumeil. Enregistré sur le disque "Violoneux Corréziens", il participera à la sortie inaugurale de ce disque, officieuse première fête du violon à Chaumeil en 1979.

 

 

    30) Bourrée de Leonard Lachaud

Henri Lachaud  

Et CD "Trio Violon"

LACHAUD Léonard dit Léonardou de lo Vedrenna

Chaumeil (Corrèze) fin XIX, début XXe

Originaire du hameau de La Ve- drenne, c'est l'initiateur des violoneux de la dernière génération à Chaumeil (CHAST AGNOL, MALAGNOUX, PORTE, etc...) et le maître reconnu de l'école stylistique chaumeilloise...On pense que l'Arabe du Roc Blanc fait partie des musiciens plus anciens qui l'ont influencé. Il est, en tout cas, unanimement salué comme le meilleur musicien des Monédières avec                  le célébre REMP ART de Meymac. Aurait été enregistré dans les années 55/60 par l'Abbe Merlin de Chaumeil qui organisait des veillées sur le pays.

 

    31) Fai anar pitiòta fai anar ton violon

 

Ton violon violoneta ton violon que vai ben

 

            Léon Peyrat (CD "Léon Peyrat")

 

    32) Para lo lop bargiera para lo lop

 

Para lo lop qui t'empòrta qui t'emporta

Para lop qui t'empòrta l'anhelon

 

Jean Lamour (CD"VIOLONEUX CORREZIENS")

 

    33) Tocha lo ganhons moliniera tocha los dins los buissons

 

Mena los ganhons moliniera mena lo dins lo fradas

 

Henri lachaud (CD"VIOLONEUX CORREZIENS")

 

    34) Bourrée de la Védrenne

Henri lachaud (CD"VIOLONEUX CORREZIENS")

 

    35) Las dròllas dei Lonsac l'an large e l'an long

 

L'an large e l'an long las dllas de la montanha

L'an large e l'an long las dròllas d'a Tresant

 

           Léon Peyrat (CD "Léon Peyrat")

 

   36) En passar la plancheta lo pè m'a mancat

 

E ieu sei tombada dins l'aiga mon gonelon  n'es tot molhat

 

Jean Lamour (CD"VIOLONEUX CORREZIENS")

 

    37) Bourrée de Benoit 

Léon Lemmet (Cassette "VIOLONEUX et CHANTEURS TRADITIONNELS en AUVERGNE")

LEMMET Léon527-Fi-395-150x150

Ségur les Villas-St Flour(Cantal) 1909-1987/8

Né à Ségur les Villas, Leon LEMMET apprend avec le violoneux                  Jean Louis BENOIT. A treize ans il méne sa première noce sur la commune de Laveissière. Puis il est obligé de partir "sur le trimard" comme ouvrier terrassier dans le Midi de la France. Aprés six ans de captivité il reviendra au pays et travaillera à la SNCF pour reprendre la petite exploita- tion familiale à Ségur. Enregistré en 1977 pour le disque "Chanteurs et Musiciens de Hte Auvergne " il sera alors à nouveau sollicité, et participera aux nombreuses Fêtes autour des instru ments traditionnels organisées ces années-là dans la région. Il finira sa vie à St Flour.

 

    38) Fai lo me tundir t'embarasses pas pitiòta

Fai lo me tundir t'embarasses pas

 

Quand sirà trempat lo farem sechar pitiòta

Quand sirà trempat lo farem sechar

Jean Lamour

 

    39) Lo merle a fach son niu

Dins las raiç de l'aubre sus lo bòrd dau riu

 

Las dròllas que lo levaran

Aquest'annada se maridaran

O dròllas 'natz lo levar que lo merle se'n vai mainar

 

           Leon Peyrat (CD"VIOLONEUX CORREZIENS")

 

   40) 'Na trist'annada passa per ieu

Maridan nòstr'ainada e me laissan ieu

 

Una autra annada quò sira per ieu

Violon e chabreta jugaran per ieu

 

Marcela Delpastre (Vinyl "FRENCH FOLKSONGS FROM CORREZE")

Marcelle Delpastre images-7

Née à Germont, commune de Chamberet,Corrèze , le 02/09/1925 décédée à Germont , le 06/02/1998

Marcelle Delpastre est une auteure limousine de langue occitane et française. Elle est écolière à Surdoux puis à Saint-Léonard-de-Noblat en Haute-Vienne avant de rentrer au collège de Brive-la-Gaillarde où elle obtient le baccalauréat philosophie-littérature. Elle fait ensuite un passage à l'Ecole des Arts décoratifs de Limoges.

En 1945 Marcelle Delpastre retourne vivre dans la ferme familiale de Germont où elle sera paysanne tout le restant de sa vie. À la fin des années 1940 et au début des années 1950, alors que ses cahiers de poèmes et de notes commencent à s'entasser, Marcelle Delpastre envoie des textes à quelques revues et anthologies de poésie.

Au début des années 1960, Marcelle Delpastre constate avec douleur la mort de son petit village de Germont et avec lui de toute la civilisation paysanne pourtant millénaire en Limousin. C'est à ce moment que la Marcela (comme l'appelle ses amis en occitan) commence à beaucoup s'intéresser aux contes, proverbes et traditions de son pays limousin.

Poète , conteuse, romancière et ethnologue, Marcelle Delpastre est aujourd'hui reconnue comme l'un des dix plus grands écrivains occitans du XXe siècle.

 

   41) L'ai copat ma barba vos maridaria ben pitiota

L'ai copat ma barba vos maridaria ben

 

La la la la laire la la la la la

La la la la laire la la la la la

 

Antonin Pecoil (CD "Violons du Cézalier")

PECOIL Antoine

Rentières (Puy de Dôme) Paris 1885-19659999999947094xv-1

 Antonin Pecoil est une figure pami les musiciens auvergnats de Paris où les violoneux était peu nombreux. Il  est souvent présent sur les photographies en tant que cabrétaire. Il tient avec son épouse un magasin de dépôt-vente.

Ami du cabrétaire Antoine Bouscatel, il fréquente les bals-musette. Pendant la guerre, il rachète une maison à Rentière et installe un parquet. Retiré, il continue de jouer dans les cafés et les foires. Il laisse le souvenir d'un personnage bon vivant. Enregistrement en 1946 avec Alexandre Savignat chez son voisin, Jean Martin.

 

    42) Bourrée

Alexandre Savignat (CD "Violons du Cézalier")

50938533SAVIGNAT Alexandre

Auzolle de Saint Alyre-ès-Montagne (Puy de Dôme) 1908-1964

Il était avec son frére Marcel un des violoneux les plus réputés de sa génération. Il saurait reçu des conseils de Lucien morin, le célèbre "aveugle du Valbeleix", disparu en 1927. Il détendait ses cordes après chaque prestation et faisait semblant de casser une corde quand il ne voulait plus jouer. Il fut employé de ferme puis chiffonier à Paris. Fait prisonnier en 1940 puis libéré en 1945, il revient de captivité avec un violon. Il reprend ses activité de musicien de bal à Auzolle puis se marie et s'installe à Saint Germain-Lembrun comme employé de ferme et maquignon. 

 

   43) Ieu n'ai cinq sòus ma mia n'a mas quatre

Coma farem quand nos maridarem

 

Ne'n chaptarem un topin una escudela

Un culheron e minjarem tot dos

 

Alfred Mouret (CD "Afred Mouret")

MOURET Alfred dit l'Anglars St Donat (Puy de Dôme) 1901-1979images-4

Fils du précédent, d'une renommée (que lui-même reconnaissait) beaucoup moins grande que celle de son pére, Alfred MOURET est pourtant un trés important musicien de la génération suivante. Doté d'une trés grande mémoire des airs de son pére mais aussi de TRENOU chez qui il avait travaillé, et d'une passion pour le violon peu commune, il se sera forgé, au moyen d'un jeu modal trés complexe et coloré, une musique trés originale. Ayant fait "l'métier", comme il le disait, n tamment aprés la guerre de 14/18, ou il jouait deux à trois noces par semaine il continuera à jouer ré- gulièrement jusqu'à l'orée de la seconde guerre mondiale.

S'étant remis à pratiquer en 1977,il recouvrera une très grande partie d'un répertoire ancien en provenance notamment de son pére qui est aujourd'hui une des plus importantes sources instrumentales du violon auvergnat.

 

   44) Bourrée coulée

Alfred Mouret (CD "Afred Mouret")

 

   45) Garda ton bon temps bargiera

Garda ton bon temps quand l'as

 

Quand seras maridada

Quò te podria passar

 

Léon Peyrat (CD"VIOLONEUX CORREZIENS")

 

    46) Sus lo pont d'a Briva l'i a de gentias flors

 

Las blanchas las rojas de totas colors

 

            Leon Peyrat (CD "Ai vist lo lop, etc…")

 

 

   47) Quand los cornards d'a Tula

S'eran tots assemblats

 

Prenian de la barriera

D'aicia lo Pais Bas 

images

 

(Recueil Lemouzi - Delaunay)

 

    48) Quand passaretz pitiòtas venetz nos veire

 

Vos donarem de la bona calhada

E daus pastissons a plen palhasson

 

Léon Peyrat (Cahier de chansons-Delaunay)


    49) Passa aicí passa aicí la bela passa aicí la bela

Passa aicí la bela passa aicí 

Passa aicí passa aicí la bela passa aicí la bela

Passa aicí la bela ieu te dirai

 

Quand tornaras la bela quand tornaras la bela quand tornaras

Quand tornaras la bela quand tornaras la bela te parlarai

 

Jean Marie Tournadre (CD "Violons de l'Artense-Delaunay")

 

 

    50) La Marion plora  A plorarà ben mai

Son amant la quita ne'n tornarà jamai

 

D'aqui es partit en emportar la bela

E sus lo chamin a trobat una chançon

 

Joseph Perrier (CD "Violons de l'Artense-Delaunay")

 0116

D'à là là     là là 

T'à là là     là là 

tant tant ..!

'

 Sources : biographies, photos - CRMTL-AMTA

Ivon